Veille Technologique

Ma veille technologique va porter sur la 5G et son déploiement dans les prochaines années sur le territoire français

 

5g

La 5G c’est quoi ?

la 5G correspond à la prochaine génération de réseaux de téléphonie mobile. Elle prendra le relais de la 4G(+) (LTE et LTE Advanced) et sera progressivement déployée par les opérateurs, en parallèle des réseaux déjà en place.

Par rapport à la 4G et la 4G+ (qui permet d’agréger plusieurs bandes de fréquences), il est notamment question de débits largement plus élevés et d’une latence en baisse, mais nous y reviendrons plus en détail un peu plus tard.

Alors que la 4G vise essentiellement les terminaux mobiles, la 5G voit bien plus large et s’intéresse aux milliards d’objets connectés que l’on nous promet pour les années à venir. Elle sera également spécialement pensée pour remplacer un accès à Internet fixe, ce qui est déjà possible avec de la 4G, comme le propose par exemple Bouygues Telecom dans certaines zones avec sa 4G Box.

La 5G est donc non seulement là pour absorber de grosses quantités de données (les moyennes explosent année après année), mais aussi pour supporter un nombre très important de connexions et multiplier les cas d’usages. Elle sera polyvalente, afin de s’adapter aux besoins de chacun : performances, économies d’énergie, usages critiques (voitures autonomes ou chirurgie à distance), etc.

Cette technologie est aussi l’un des grands objectifs industriels de la Commission européenne ces prochaines années. L’UE affirme ainsi que les groupes européens doivent mener la standardisation de cette technologie, après avoir manqué le train de la 4G, ce qui aurait créé une dépendance aux fournisseurs étrangers. Le monde des télécoms l’a bien compris, et utilise l’argument de la 5G pour justifier son opposition à certaines régulations, par exemple sur la neutralité du Net l’été dernier.

Alors que, fin 2015, l’ARCEP accordait à Orange une autorisation pour expérimenter la 5G à Belfort jusqu’à fin 2016, il a fallu attendre début 2017 pour que l’opérateur passe la seconde avec un démonstration dans un de ses laboratoires.

À l’occasion de la publication de ses résultats pour l’année 2016, Bouygues Telecom annonce qu’il se prépare à « devenir un référent de la 5G en France ».. L’opérateur affirme ainsi qu’il est « le premier opérateur à avoir atteint plus de 1 Gb/s »

Il ajoute qu’en 2017 il réalisera des « tests d’équipement réseau 5G ».

Date : 27/02/2017

5g1

Bouygues Telecom comme Orange prévoient de lancer leur réseau 5G commercial en 2020, finalement comme tous les opérateurs à travers le monde. Pour le moment, Free Mobile et SFR n’ont pas fait d’annonces particulières.

Source : nextimpact.com

 

Qu’apportera la 5G par rapport à la 4G ?

La 5G doit répondre à plusieurs problématiques, comme nous l’indiquions au début du dossier. Premièrement, elle accompagne l’augmentation des débits pour apporter ce que l’on appelle le Très Haut Débit mais aussi le Ultra Haut Débit. Cette augmentation de débit sera utile pour divers usages : la réalité virtuelle, le contenu à très haute définition (4K, 8K), le cloud (plusieurs Go et To à transférer) et ainsi de suite.

5g comparatif

Améliorations de la 5G par rapport à la 4G

 

Ensuite, elle permet de réduire la latence, la réactivité du réseau. Cela va permettre d’accéder à de nouveaux services et d’améliorer des services actuels. C’est le cas du cloud computing, comme l’offre de cloud gaming Shadow, qui sera accessible en mobilité.

Enfin, la 5G va s’intéresser à la densification du réseau : en offrant une meilleure capacité, elle permettra de connecter plus d’appareils tout en assurant une qualité de connexion et une fiabilité de fonctionnement. Ce qui permettra aux millions d’objets connectés de fonctionner, mais aussi à des dizaines de milliers d’utilisateurs d’accéder au réseau dans des zones très denses, comme un stade par exemple

Source :  frandroid.com

Publié  le 11 mars 2017

Quel débit pour la 5g ?

L’ITU requiert qu’en 5G, les équipementiers et les opérateurs délivrent un débit de 100 Mbps en réception et 50 Mbps en émission par utilisateur. Ce chiffre peut paraître faible, mais il est en réalité très élevé, puisqu’en 4G, le débit moyen par utilisateur en France était en juillet 2016 de 30 Mbps dans les zones denses et de seulement 6 Mbps dans les zones rurales, selon l’ARCEP. La 5G devrait donc permettre d’augmenter considérablement les débits de tous les utilisateurs.

Ce débit pourra ensuite augmenter au fur et à mesure, et passer la barre des 1 Gbps (débit descendant) par utilisateur au fur et à mesure du déploiement de la 5G et de l’amélioration des technologies utilisées dans nos appareils connectés

 

Les forfaits seront-ils plus chers avec la 5G ?

Pour la 5G, il est évident que les opérateurs vont devoir faire évoluer leurs offres : il va falloir offrir plus de quantité de données mensuelle, pour profiter des débits offerts sur les nouveaux services. Ils seront sûrement tentés d’augmenter les prix et de différencier les offres en fonction de la qualité du service offert.

 

Que devient la 4G ?

La 4G n’est pas morte, loin de là. Depuis deux ans, nous parlons de LTE Advanced, que l’on retrouve sous les termes de 4G+ ou 4.5G en fonction des offres et des régions.

L’idée de la LTE-Advanced est d’améliorer la technologie actuelle, la LTE (Long Term Evolution), afin d’atteindre les exigences de la véritable 4G telles que définies par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Ce qui nous permet désormais d’atteindre un débit maximal de 1 Gbps (100 Mbps en mouvement), en fonction des régions du monde. En France, Orange propose ainsi des débits jusqu’à 300 Mbps, Bouygues Telecom teste le 1 Gbps mais n’est pas capable de la proposer aujourd’hui à ses clients.

La LTE-Advanced utilise la technologie d’agrégation de porteuses. Autrement dit, on combine les différentes blocs de fréquences entre eux pour augmenter la bande passante. Cette technologie va permettre de combiner des porteuses à l’intérieur de la même bande de fréquence (2600 MHz par exemple, on parlera d’agrégation intra-bande), mais également des porteuses de bandes différentes, par exemple 800MHz + 2600 MHz (agrégation inter-bande).

L’agrégation inter-bande répond bien à la difficulté pour les autorités de mettre à disposition de grandes largeurs de bandes contiguës, dans un spectre limité. En France, avec l’ensemble des blocs actuellement à disposition des opérateurs, et en considérant la réallocation des fréquences 1800 MHz encore utilisées pour la 2G, nous pourrons au final espérer que la LTE-Advanced (sans micro-cells, ni second dividende) atteigne 1500 Mbps pour Orange, 1350 Mbps pour SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

Source : frandroid.com

Le 17 mars 2017

Quel risque pour la santé ?

Les seuils d’exposition fixés pour le grand public sont 50 fois plus faibles que les niveaux à partir desquels des effets sanitaires apparaissent. La 5G pourrait nous exposer à moins d’ondes. En effet, avec l’arrivée des small cells, nos smartphones pourront mieux capter le réseau, ils ne sont pas obligés d’émettre avec plus de puissance pour se connecter à l’antenne. Enfin, grâce à la focalisation (beamforming en anglais), nous serons soumis à moins d’ondes.

radio 5g

Publicités